Main Menu

Ottou Kaka Ndé Ibrahim le militant atypique.

Ottou Kaka Ndé Ibrahim, né d’une famille de catholique a choisi d’être musulman ; il est devenu militant de la CDPA, après avoir pratiqué l’UTD et l’UFC, qu’il quitta, parce qu’elles ont trahi ses aspirations profondes de changement de régime.

Ottou Kaka Ndé Ibrahim, ce militant atypique de la CDPA, est né le 19 juin 1970 d’un père qui avait fait toute sa carrière d’instituteur dans l’enseignement primaire catholique et d’une mère au foyer également catholique. Ibrahim tout petit, fut élevé dans la religion de ses parents jusqu’à l’âge adulte, où décida de son propre chef de se convertir à l’islam, religion qu’il pratique depuis. Par ailleurs, Ibrahim est un fin connaisseur de la culture et des traditions de l’Ogou, sa préfecture ; il a particulièrement une très bonne connaissance de l’histoire et du patrimoine culturel woudou et c’est à ce titre qu’il est un des notables du chef traditionnel des woudous.

Ibrahim, a commencé ses études primaires à la mission catholique d’Atakpamé et les termine à la mission catholique de Notsé en 1984. Son CEPD en poche, il entre au collège Notre Dame de Notsé où il entame ses études secondaires, qu’il poursuit au Collège d’enseignement général d’Agbonou, qu’il  quitta pour se former pendant quatre ans en tôlerie soudure.

Allergique au régime Gnassingbé, Ibrahim qui avait goutté aux délices de la démocratie au Ghana où il fit sa formation professionnelle, va profiter de l’ouverture démocratique au Togo pour s’engouffrer dans la politique, sa passion.

En 1990, il adhère à l’UTD, qu’il quitte quatre plus tard, après la prise de position dite « charnière »  de Edem Kodjo suite aux élections législatives de 1993, que l’opposition démocratique avait gagné. Il choisit de s’inscrire à l’UFC où il milite très activement jusqu’en 2010, date où Gilchrist Olympio signe contre toute attente, un accord avec RPT, alors dirigé par Faure Gnassingbé. Pendant trois ans, il se met en retrait des partis et refusa toute sollicitation politique ; il prit le temps d’observer l’évolution politique au Togo et particulièrement dans son Ogou natal.

En 2013, lors des élections législatives, il découvre Kafui Adjamagbo Johnson en campagne. Après les élections, il prit contact avec cette candidate malheureuse, lui dit tout le bien qu’il pense d’elle et décida de se mettre à son service et plus tard au service de son parti, la CDPA. Ibrahim reste convaincu que la CDPA est un grand parti et que sa Secrétaire générale est promise à un grand destin.

Armé d’une excellente connaissance du milieu politique dans l’Ogou, possédant une solide expérience du terrain et doté d’un sens politique aïgu, Ibrahim Ottou, cet  animal politique gravit rapidement les échelons au sein de la fédération CDPA Ogou, pour devenir dans un bureau renouvelé, un proche collaborateur du secrétaire fédéral : Akakpo Issaka, un vieux renard de la politique, resté fidèle au parti malgré la désertion de cousin aujourd’hui préfet de l’Ogou. Avec Issaka Akakpo, surnommé Président, Ibrahim forment un tandem redoutable qui contribue à la montée en puissance de la CDPA dans la préfecture. Parallèlement à cette ascension locale, il se fit remarquer au niveau national et devient au dernier congrès du  parti, délégué régional des Plateaux ; cette région pour laquelle il est aussi le coordonnateur régional de la coalition.

Hampaté Ba Junior






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.