Main Menu

Tavio Amorin : le talent politique, l’étoile filante, la perte d’un frère socialiste de la CDPA

Pour la jeunesse socialiste, Cdpatogo.com a réuni des articles sur Tavio Amorin. C’est exemple qui doit inspirer la jeunesse togolaise

BIOGRAPHIE DE TAVIO AMORIN

Né le 20 novembre 1958 à Lomé, Tavio Ayao Tobias Amorin a fait ses études primaires à l’Ecole catholique de Kokétimé et secondaires au Collège Saint- Joseph de Lomé, sanctionnées par un Bac scientifique obtenu en 1977. Parti en France, il obtient un DEUG en Sciences exactes avant de s’orienter vers l’Informatique. Il se spécialise alors dans les systèmes industriels à l’Université d’Orsay.

Après avoir été Consultant en organisation d’entreprise en France pendant quelques années, Tavio Amorin s’installe en Côte d’Ivoire. C’est à la faveur de l’amnistie générale de 1991 obtenue par le peuple et la rue que le jeune leader est revenu au Togo pour prendre part à la vie politique marquée par le renouveau démocratique. Il se lance dans la bataille politique en mettant sur pied le Parti Socialiste Panafricain (PSP) avec d’autres jeunes téméraires : Jean –Claude Edoh Ayanou, Mouta Wakilou Maurice Gligli, Francis Agbagli et devient par sa fougue et son originalité, l’attraction de la Conférence nationale de juillet-août 1991 à la Salle Fazao à Lomé.

Jeune et authentique patriotique, féru de politique, formé à l’école marxiste, Tavio Amorin était sous-estimé par les vieux politicards qui lui faisaient remarquer son manque d’expérience dans le microcosme politique togolais. Afin que la pauvreté ne soit pas une tare ou une fatalité pour bon nombre de ses compatriotes, le leader du PSP avait préconisé la correction volontariste des déséquilibres structurels. Pour tous les citoyens, il rêvait des mêmes chances à la culture, aux emplois. Tavio Amorin voulait inventer un nouveau futur. Il avait d’exceptionnelles qualités morales et intellectuelles qui le prédisposaient à faire triompher ses idées.

Courageux et clairvoyant, Tavio Amorin voulait réduire l’asservissement du peuple. En aidant les Togolais à retrouver leur dignité. Le Premier Secrétaire national du Parti Socialiste Panafricain dérangeait beaucoup les partisans de l’ordre établi. Il ne voulait pas faire du nouveau avec les vieux politicards corrompus. Audacieuse et périlleuse aventure qui lui coûtera la vie.Le jeudi 23 juillet 1992 à Tokoin- Gbonvié, un quartier de Lomé, capitale togolaise,il a été agressé et a succombé à ses blessures le 29 juillet 1992 dans un hôpital parisien. Panafricaniste, Tavio Amorin était favorable à la création des Etats Unis d’Afrique.

Combattant suprême, assoiffé de démocratie, Tavio Amorin n’a pu étancher sa soif de liberté. Le 20 août 1992, il est inhumé au cimetière de la plage à Lomé .Treize ans après ce sordide assassinat, malgré les indices laissés sur le lieu du forfait par les agresseurs, ces derniers n’ont jamais été inquiétés. Aucune suite n’est donnée jusqu’alors à la plainte déposée par la famille éplorée auprès des tribunaux

https://mivapedia.mivasocial.com/fr/africa-encyclopedia/tavio-ayao-tobias-amorin/

 

TOGO : DOSSIER SECRET SUR L’ASSASSINAT DE TAVIO AMORIN

Quelques années plus tard il a été froidement assassiné par un groupe le 23 juillet 1992.
Il faut que les vérités sortent car trop c’est trop, les crimes crapuleux et les assassinats doivent s’arrêter sur la terre de nos aïeux.

Le Colonel Kuma Biténéwé est le commanditaire, le planificateur et l’assassinat de l’opposant Tavio Amorin.

Le plan du Colonel a été exécuté par trois éléments de La Force d’Intervention Rapide (FIR), dont il était le Commandant à l’époque avec le grade de Capitaine.
Après avoir tiré sur Tavio Amorin, en début de soirée aux environs de 21h dans le quartier Tokoin Gbonvié à Lomé, pour masquer leur acte, ils avaient laissé exprès la carte professionnelle d’un policier portant le nom de Karéwé Kossi, sur le lieu du crime pour brouiller les pistes.

Ce policier est toujours vivant et est devenu un grand commerçant à Kara.
C’est bizarre que la justice n’a pas interpellé, ni interrogé jusqu’à ce jour la personne dont la carte a été trouvée sur le lieu du crime

Suite aux tires des éléments de la FIR, Tavio n’était pas décédé sur le champ. La décision était prise de l’évacuer vers Paris pour sauver sa vie. Au cours de son transfère avec l’ambulance vers l’aéroport de Lomé Tokoin, le Docteur Ihou a joué un grand rôle déterminant en injectant un poison dans le sérum qu’on avait placé à Tavio. On connaît la suite.

Ce même docteur en est pour quelques choses dans la mort de Bertin à l’hôpital à Cotonou (Bénin). Quelques années plus tard le docteur David Ihou a été nommé ministre de la santé, en guise de récompense et de remerciement de ses actes de tueur en série.

Après des années d’investigations, d’enquêtes et de recoupements, il en ressort que feu Président Eyadéma n’en était pour rien, ni mêlé de près, ni de loin dans l’assassinat de Tavio Amorin.

A l’époque Capitaine, Biténéwé avait décidé seul, soit disant pour protéger le pouvoir du Général Eyadéma.

Aujourd’hui devenu Colonel, Biténéwé cela coule douce sans impunité, ni inquiétude sous la protection de Faure Gnassingbé, le fils du père devenu président de la République en 2005 dans un bain de sang de plus de 1300 togolais tués.

Faure Gnassingbé, doit savoir que c’est son ami le Colonel Kuma Biténéwé, actuel directeur de cabinet du ministère de la défense et des anciens combattants, est le commanditaire et l’assassin de Tavio Amorin. Il est rappelé que Tavio est l’oncle paternel de Calita Amorin avec qui Faure a 2 filles.

Nous demandons à la justice togolaise d’ouvrir le dossier sur l’assassinat de Tavio Amorin.
Depuis son assassinat, c’est le silence total du cimetière sur ce dossier, ainsi que pour plusieurs cas d’assassinats, enlèvements, tortures et autres dont les responsables criminels sont connus.

Le Togo ne doit plus être une jungle où l’injustice et l’impunité sont de règles.

De l’assassinat de Sylvanus Olympio, le 13 janvier 1963 jusqu’à l’assassinat par injection à l’infirmerie de la gendarmerie nationale, de Etiènne YaKanou le 10 mai 2013, les criminels, les assassins, les tueurs et les tortionnaires agréés de la République ne sont jamais inquiété par la justice.

Sous Feu Général Etienne Gnassingbé Eyadéma depuis 1963, jusqu’au fils Faure Gnassingbé depuis 2005, jusqu’à ce jour, ils ont tués plus de 5000 togolais pour la conservation à tout prix du pouvoir.

C’est triste, mais c’est ainsi que fonctionne le régime RPT/UNIR et son bataclan qui régentent le pays depuis plus de 50 ans déjà, dans les sauvageries et dans les barbaries.

Au journal La Nouvelle, nous lançons un défit à toute personne qui peut apporter des démentis où carrément des preuves contraires à nos révélations et à nos publications.
La Nouvelle

Source :  http://www.togosite.com/index.php/togo/375-togo-dossier-secret-sur-l-assassinat-de-tavio-amorin

 

 

HOMMAGE À TAVIO TOBIAS AYAO AMORIN ( 1958 – 1992)

 

« Ils l’ont tué pour exclure les jeunes sur la scène politique. Par son assassinat, la résignation et la collaboration au mal sont devenus une valeur pour la jeunesse togolaise. Qu’est ce que nous empêche de revenir sur le champ politique ? Tavio doit renaître par notre engagement pour la renaissance de notre société. EKOU ( la mort ), est une graine vitale qui germe de nouveau . » fovi katakou

« Ceux qui ont donné leur vie pour que vive le Togo ont droit à la reconnaissance de la Terre de nos Aïeux » Godwin Tété
Descendu de Paris sur Lomé (Togo) le 23 mai 1991, pour prendre part à la préparation et à la tenue de notre inoubliable Conférence Nationale Souveraine(CNS) : 08 juillet – 28 août de cette même année, je rencontrai, dès le lendemain, un jeune concitoyen communément appelé Tavio. Oui ! Les panthères de la même forêt finissent toujours par se rencontrer, et, lorsqu’elles se rencontrent, elles se reconnaissent vite et s’apprécient mutuellement… À vrai dire, par sa vivacité d’esprit, sa précoce maturité, son amour de notre commune Patrie, Tavio comprit immédiatement que j’étais un aîné de son bord… existentiel. Il s’attacha à moi sans tarder. Je lui rendis la même monnaie sans hésitation aucune.

Voilà pourquoi, ce 23 juillet 2012, vingt ans jour pour jour après qu’une diabolique mitraillette le frappa mortellement ; ce jour où, ironie du sort, je jette un véritable pavé dans la mare de tout ce que j’ai déjà publié sur les crimes multiformes de l’oligarchie gnassingbéenne, mon esprit s’envole vers Tavio. Alors, je me fais le devoir de le présenter quelque peu aux nouvelles générations togolaises.
Tavio Tobias Ayao Amorin appartient à la nombreuse progéniture de notre Fofo feu Carlos Amorin, très bien connu des Loméens de son temps. Notre jeune combattant de la liberté… est le seul garçon et benjamin de trois filles de sa mère Adolé Goeh-Akwé . Raison pour laquelle son assassinat aura terriblement traumatisé cette maman.

Pour tous ceux qui ont eu le privilège de côtoyer Tavio , il n’y a nul doute que ce garçon déluré était une étoile montante, une fierté pour le Togo. Notoirement intelligent et chaleureux, il fut concepteur et premier secrétaire général du PSP (Parti Socialiste Panafricain), membre du Haut Conseil de la République [Parlement (togolais) de transition] dont il était président… de la Commission des lois, secrétaire général du COD II (Collectif des Organisations Démocratiques), membre fondateur et animateur du M05 (Mouvement patriotique de la jeunesse togolaise). Mais le Togo n’abrite pas seulement des gens qui chérissent le bon, le beau, l’excellence. Non ! Le Togo, hélas, abrite aussi des amoureux de la bassesse, de la médiocrité, voire de la barbarie. Et ce sont ces derniers qui auront mitraillé Tavio à la tombée de la nuit le 23 juillet 1992, dans une rue de Lomé. Tavio rendra l’âme le 29 du même mois à Paris.
Pour raconter les circonstances exactes de cet ignoble forfait, je prie le lecteur de bien vouloir souffrir que j’emprunte purement et simplement la plume de notre compatriote et journaliste Tètè Gaëtan Tété.

« Le jeudi 23 juillet 1992, il est près de 21 heures à Tokoin-Gbonvié , banlieue proche de la capitale. Deux gardiens de la paix en civil : Yodolou Boukpessi et Kossi Karéwé , tapis dans l’ombre, attendent. À la vue de Tavio Amorin qui sort de chez l’une de ses tantes, le policier Kossi Karéwé vide à bout portant le chargeur de son pistolet-mitrailleur sur le leader du Parti Socialiste Panafricain (PSP). Le criminel s’enfuit laissant ses armes sur le trottoir ainsi que sa carte d’identité professionnelle. Pour une fois l’acte est signé. Involontairement. Tavio Amorin grièvement blessé est transporté au CHU de Tokoin avant d’être évacué le lendemain sur Paris. Mais entre l’hôpital de Lomé et celui de Paris, son corps et sa tête ont été lardés de coups de couteau par une main mystérieuse. Il décède à Paris des suites de ses blessures, le 29 juillet 1992.
Un hebdomadaire de la place écrira : “Tavio, lié à Gilchrist par un même destin, a pris comme son aîné la route de Paris sur une civière à bord d’un avion médicalisé français. Drôle de France ! À défaut de pouvoir (ou de vouloir) aider Lomé 1 à mettre K.O. le dictateur, elle se rachète en sauvant la vie aux victimes du monstre” .
Comme de nombreux démocrates opposants à la dictature de Gnassingbé Eyadéma et du RPT, Tavio Amorin figurait sur la liste noire des militaires. Tavio Amorin avait tout juste 34 ans . Ingénieur informaticien de formation, il a fait ses études universitaires en France notamment.
On le disait extrémiste. Dans une mémorable “Lettre ouverte à Étienne Éyadéma”, il concluait en ces termes : “Votre maintien nous est pénible. Nous avons mal au Togo. Mais puisque vous y êtes, tentez de jouer le rôle qui vous est dévolu. Ou dans un sursaut d’orgueil, de dignité et dans l’intérêt supérieur de la nation, DÉMISSIONNEZ !” Pourtant, il était contre la condamnation à mort d’un homme : “Quel que soit l’homme !”, clamait-il.
Des années après la mort de Tavio, ses assassins, connus des services de police, courent toujours. Le sous-brigadier Yodolou Boukpessi aurait été l’organisateur de la grève des policiers.
Après son forfait, le gardien de la paix Karéwé se réfugie à Lomé 2. Puis, il sera convoyé en lieu sûr parmi les siens à Pya.
“L’attentat a eu lieu le 23 juillet. Tavio est mort le 29 juillet à Paris. Le 1 septembre 1992, Boukpessi est parti toucher son chèque de fin de mois à la BTCI de Kara, alors qu’au Conseil des ministres extraordinaire du 24 juillet, le Conseil avait donné l’ordre de suspendre les émoluments de Boukpessi et Karéwé, en attenant la fin de l’enquête.”
Dès le décès de Tavio Amorin, des messages de compassion affluent à la Télévision togolaise. Celui du Parti Socialiste Français retient l’attention. Les socialistes français exigent que toute la lumière soit faite sur cet attentat et “demandent au gouvernement français de renforcer son soutien au gouvernement de la Transition”. »
À l’annonce – un début de soirée – de la mort de Tavio Ayao Tobias Amorin qui s’était très vite attaché à ma chétive personne, et à qui je rendais volontiers la politesse, comme à véritable frère cadet, annonce qui sans cesse hantait mon âme, je fus subitement pris d’un terrible trouble gastrique… qui allait durer toute cette nuit-là . Oui ! Rares sont les décès qui m’ont affligé comme celui de notre immortel Tavio.

Selon le témoin oculaire Mme Phanie Wilson, bien que mortellement mitraillé à bout portant, noyé dans un océan de douleur, la langue comme clouée, incapable d’articuler le moindre vocable, Tavio Ayao Amorin eut encore la force de l’âme pour marteler, avec son avant-bras droit et le signe du V de l’index et du majeur, la nécessité pour le peuple togolais de continuer sa lutte salvatrice jusqu’à la victoire finale. ( Une graine vitale ne meurt jamais. )

Il m’arrive, de temps à autre, de méditer sur le meurtre de Tavio Tobias Ayao Amorin . Alors :
Primo , je prétends que la signature de cet assassinat n’est pas du tout « involontaire ». Il s’agissait de frapper la jeunesse togolaise en la personne de Tavio qui symbolisait si bien cette jeunesse. Il s’agissait de terroriser l’imaginaire de cette dernière dans le but de la réduire au silence et à l’inaction. En effet, il venait de sortir, ce soir-là, d’une réunion du COD II dont il était secrétaire général. À ce poste, il avait été élu à l’unanimité par tous les partis composant le COD II. Sans doute, par sa fraîcheur juvénile, par la vivacité de son esprit, par sa maturité politique précoce,
Tavio Ayao Amorin était tôt devenu une figure emblématique de la jeunesse de chez nous. Et, pour ma part, c’est en cela que réside la particularité de la terreur « éyadémayenne ».

Secundo, si l’on ne peut pas lutter politiquement avec un garçon qui a à peine soufflé ses trente-trois bougies, mais qui s’intéresse à la politique ; si, pour combattre un tel garçon, on ne trouve que la suppression physique, alors je me demande quelle valeur humaine accorder à certains dirigeants africains post-coloniaux…

Last but not least, le jour où le peuple de Lomé enterrait Tavio Tobias Ayao Amorin, dans la tristesse et la dignité, ce jeudi 20 août 1992,
Gnassingbé Éyadéma, lui, recevait à Pya… l’homme d’affaires et politique Moshood K. Abiola et son épouse. Vraisemblablement dans des effluves de champagne…
Mais, comme tous ceux qui sont morts pour la Patrie, Tavio Tobias Ayao Amorin n’est pas mort pour rien ! Cette affirmation nous est démontrée, si cela était encore nécessaire, par les développements actuels eux-mêmes… de la scène sociopolitique de notre pays. Oui ! Paraphrasant le héros national chilien Salvador Allende , tel un prophète,
Tavio déclara crânement devant l’auguste aréopage de notre Conférence Nationale Souveraine sus-mentionnée :
« Il y a ceux qui croient anéantir le rêve en tuant celui qui fait rêver ! »
Peuple togolais ! Combattants togolais de la Liberté ! Par notre Foi, notre
Courage, nos Sacrifices, faisons Renaître notre Nation !
Paris, le 23 juillet 2012
Godwin Tété

Source : http://telegramme228.com/-infos-togo-.html

 

 






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.